21 juin 2015 : 32ème édition  de la fête du pain d'AVENAY


retrouvez  :

Le concours du pain D'AVENAY  2015

La Fête du pain d'AVENAY 2015 et son programme 

Les éditions passées des fêtes du pain avec leurs galeries d'images

Nos partenaires 


SAMEDI  20 juin 2015 :

réservé aux professionnels de la boulangerie 

32ème CONCOURS INTERRÉGIONAL DU PAIN 

 DIMANCHE 21 juin 2015

ouvert au public avec la présentation des réalisations faites par les professionnels, les animations, la cuisson et la vente de pain sur site .....

32ème FETE DU PAIN 


POURQUOI UN CONCOURS DU PAIN A AVENAY  (par EDMOND ROUSSEL)


Après une très longue présidence du comité des fêtes d’AVENAY, Gilbert Capitaine, prend sa retraite et quitte le village. Serge Lebel, devenu à son tour Président du comité des fêtes relance la fête du village abandonnée depuis déjà de nombreuses années. C’est ainsi que la Kermesse au Village a été remise à l’ordre du jour en 1983.

 

Le même année, à l’automne, une nouvelle équipe se trouve à la tête du comité des fêtes, avec le souhait de maintenir la kermesse tout en ayant conscience qu’il fallait absolument trouver une idée nouvelle pour faire perdurer l’élan initial.

 

Différentes options furent alors envisagées : fête foraine, organisation d’un concours avec les idées les plus saugrenues, et comme nous étions peu modestes, il était question de concours de la plus grosse, de la plus longue, de la plus dorée… brioche du boulanger.

 

Le sujet étant resté sans solution satisfaisante, je profitais d’une visite chez un membre de ma famille, Georges HUARD, alors vice-président du syndicat de la boulangerie, pour lui faire état des idées grivoises qui circulaient au sein du comité des fêtes avant d’évoquer l’idée d’un concours de brioche qui suscita une réaction immédiate à laquelle je ne m’attendais pas !

 

Georges me conseille de ne pas nous occuper de la brioche mais du produit noble, et sacré entre tous : le pain. Je trouvais l’idée intéressante sans trop réaliser comment nous pourrions organiser un tel concours… Mais nous n’en étions pas encore là.

 

Lors de la réunion du comité des fêtes suivante, je présentais les arguments de mon beau frère : un concours qui alliait une profession, celle des boulangers avec les consommateurs autour d’un produit qui est l’un des fondements de notre culture. Je ne rencontrais pas un enthousiasme débordant, néanmoins, il fut décidé d’engager des discussions sur le sujet.

 

J’organisais alors une réunion chez Georges Huard, avec les 2 vices présidents, Lucien Martin et Gérard Davesne. Nous ne sommes pas tombés dans le pétrin mais peu de jours plus tard, nous étions dans le bureau du Président du Syndicat Départemental de le Boulangerie Monsieur André GENEVIEVE qui s’est montré immédiatement enthousiaste comme il savait l’être avec son verbe haut et coloré. Avec l’aide du Syndicat Départemental de la Boulangerie Artisanale nous mettions alors en forme le premier règlement du Concours Régional du Pain d’AVENAY.

 

Il était bien difficile à cette époque se savoir comment les boulangers allaient réagir à notre initiative, le syndicat faisait de la publicité pour notre manifestation dans le journal destiné à ses adhérents mais les artisans n’était pas empressés de participer, de se déplacer pour apporter leurs pains dans un village inconnu de la plupart d’entre eux (pensez donc, il n’y a même pas de boulanger à AVENAY !!) ni de faire noter leur production par un jury. Les artisans avaient mille excuses pour ne pas participer au concours : trop de travail, pas assez de personnel, pas le bon moment…

 

Au printemps 1984, face aux difficultés de l’organisation de la première édition, nous étions très loin de penser que le concours connaîtrait un tel succès et une telle longévité ! Ce succès est le fruit de la persévérance, de l’engagement des forces vives de toute une commune pendant de nombreuses années et d’une véritable complicité qui s’est tissée petit à petit avec la communauté de la Boulangerie Artisanale.

 

Le concours du pain a permis à de très nombreux artisans boulangers de participer parfois sans ambition particulière mais aussi pour certains avec le souci de se perfectionner dans leur métier, de se dépasser pour rivaliser avec les meilleurs dans le cadre du concours lui-même ou dans des joutes les plus prestigieuses comme le concours du meilleur ouvrier de France